Mot de la Coordinatrice

Donated: $0.00

Mot de la Coordinatrice

Imaginons un monde où la Femme et l’Homme jouissent des mêmes droits et des mêmes privilèges, un monde où le garçon et la fille bénéficient  des mêmes opportunités, des mêmes chances,  un monde où la femme et l’homme bénéficient de salaires égaux pour un travail à valeur égale, un monde où la femme et l’homme partagent les responsabilités familiales dans le foyer, un monde où la femme participe à la vie politique au même titre que l’homme,   un monde où la fille peut décider du moment où elle veut se marier, un monde où la femme et la fille n’ont par peur d’être victimes de pratique néfastes, de harcèlement ou de violence, un monde où la femme ou la fille peut décider de tout ce qui touche à sa vie …Imaginons un monde où la Déclaration et le Programme d’Action de Beijing n’aura plus de raison d’être. Dans ce monde, l’égalité des sexes est la réalité, la norme, la culture …

   

Il y a de cela plus de 20 ans  (1995), lors de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes organisée à Beijing avec pour thème  « Lutte pour l’Egalité, le Développement et la Paix » et pour  seul objectif : « l’Egalité des Sexes, et l’Autonomisation de la Femme partout dans le monde », 189 États, plus de 6 000 délégués gouvernementaux, plus de 4 000 représentants accrédités d’ONG et un forum des ONG d’environ 30 000 participants,  ont imaginé ce MONDE par l’adoption dun document historique et consensuel  : La Déclaration et le Programme d’Action de Beijing (PAB).

Ce Programme est le principal document de politique mondiale adopté en matière de l’égalité́ entre les sexes et d’autonomisation de la femme partout dans le monde. Il appelle à agir dans Douze (12) domaines critiques qui couvrent tous les enjeux, de la participation politique à la justice économique, en passant par la santé, l’éducation, la violence sexiste et l’environnement…

A l’époque, ce document constituait la référence absolue en matière de politiques en faveur de l’égalité́ entre les sexes et d’autonomisation de la femme. Aujourd’hui, plus de 20 après son adoption, il demeure ce document de référence autour duquel le monde évalue les avancées relatives à l’égalité homme et femme.

Bien que les évaluations quinquennales précédentes du PAB laissent entrevoir  des progrès considérables dans de nombreux domaines, notamment ceux de la santé, l’éducation, de la sécurité, du potentiel économique et du bien-être des femmes et des filles, ce monde imaginé   est encore loin d’être une réalité.  Beaucoup reste à faire car  les progrès sont lents. Les engagements pris il y a plus de vingt ans attendent d’être pleinement honorés. Le 25ème anniversaire du Programme d’Action de Beijing (Beijing+25) constitue une occasion de plus pour sécuriser les gains obtenus, pour rappeler aux Etats que le monde imaginé il y a plus de 20 ans demeure encore un rêve et qu’il est temps d’accélérer et amplifier les actions afin de faire de l’égalité homme et femme, garçon et fille,  une réalité tangible.

Pour ce faire, nous femmes, féministes du monde et d’Afrique en particulier, devons  collaborer et unir nos efforts en faveur du changement social. C’est un devoir, c’est  le pouvoir de la femme, notre pouvoir. Nous devons être les actrices de notre destin  et des citoyennes jouissant pleinement de leurs droits     .

Femmes et Féministes du continent et d’ailleurs, en  route vers Beijing +25